La pandémie qui s’est installée en France depuis mai 2020 a incité des lecteurs a passé au numérique. Il faut dire que la fermeture provisoire des librairies a rendu difficile l’accès aux livres, ce qui a, contre toute attente, avantagé le livre numérique. Si la vente de liseuses était quelque peu au ralenti ces dernières années, cette saleté de virus COVID‑19 a changé la donne. Les chiffres donnent le vertige… Et le monde a le souffle coupé face à un confinement forcé de toute une population qui n’attend que le jour où cette expérience difficile sera enfin derrière nous.

Des lecteurs passent au digital

Entre la fermeture forcée des librairies et la difficulté de s’approvisionner en livres papier, y compris en ligne, des lecteurs qui n’avaient pas du tout l’esprit du digital se sont mis aux liseuses électroniques Kindle et Kobo. Sur ce point on peut remercier Jeff Bezos d’avoir inventé et commercialisé la première lieuse grand public en 2017. En 2020 on peut dire que le livre numérique est entrain de connaître une renaissance alors que le monde s’est obscurci. C’est provisoire, heureusement, le temps d’écarter les risques liés au COVID‑19. Les étudiants, mais aussi les maitres d’école et les profs d’Uni se sont mis en masse au livre numérique d’un jour à l’autre. Pour ce qui est des lecteurs lambda, ils ont aussi suivi le pas, mais dans une proportion plus raisonnable.

La pandémie avantage l’e-book

Entre des personnes qui ont dû s’adapter au télé-travail lorsque la situation le permettait, et les étudiants et lecteurs de tout bord à la recherche de titres à lire pour diverses raisons (programmes d’étude, plaisir de lire. Etc.), les liseuses électroniques se sont retrouvées parmi les articles les plus vendus du Net depuis le mois de mars 2020. Il ne reste plus qu’à voir si les lecteurs qui se sont mis au numérique par obligation resteront fidèles aux e-books. Certes une partie d’entre eux resteront sur support digital du moment qu’ils auront réussi à s’habituer à leur nouvel appareil de lecture. Dans tous les cas, vivement que le COVID‑19 fasse définitivement partie de nos archives et qu’une pandémie ne se fasse plus voir pour les siècles à venir.
 

4.25/5 (4)

Votre avis sur cette page